Le BVB vient de passer des semaines fatigantes, avec la Bundesliga, la coupe d'Allemagne et la Ligue des champions qui se sont succédées à un rythme effréné. Le club n'a toutefois pas encore vécu le point culminant d'une phase automnale compliquée. Le Borussia jouera au FC Bayern samedi à l'occasion de la troisième édition de ce duel prestigieux en 2019. L'entraîneur du BVB Lucien Favre et le directeur sportif Michael Zorc ont livré leurs impressions sur ce rendez-vous à la conférence de presse jeudi. 

Les résultats des dernières expéditions à Munich sont pour Michael Zorc un « vrai bilan de l'horreur ». En championnat, les jaunes et noirs attendent une victoire à l'Allianz Arena depuis cinq ans et demi. « Nous devons être à la hauteur et cela n'a pas été le cas là-bas ces dernières années. C'est ce que je demande aux joueurs », a déclaré Zorc sans détour à la conférence de presse. Une demande qui avait été reçue cinq sur cinq par les joueurs lors des derniers affrontements contre Mönchengladbach, Wolfsburg et Milan. D'après le directeur sportif, le mérite revient surtout à Favre : « L'entraîneur se montre très combatif et plein d'énergie, ce qui nous a rendu capables de remonter au score lors de ces matches. Il exige toujours des joueurs des choses bien précises, je trouve cela très bien. »

Avec la confiance accumulée en Ligue des champions 

Favre lui-même est évidemment conscient des maigres résultats obtenus dans la capitale bavaroise ces dernières années. Malgré tout le respect qu'il a pour le FCB, son équipe et lui-même n'ont pas peur. La défaite 1-5 contre l'Eintracht Francfort a récemment entraîné le licenciement du coach Niko Kovac et c'est Hans-Dieter Flick qui a été nommé entraîneur par intérim en début de semaine. 

Flick a réussi son entrée en Ligue des champions mercredi soir, mais son homologue du Borussia Dortmund n'a toutefois pas constaté de grands changements lors de la victoire 2-0 contre l'Olympiakos FC Le Pirée. « Il n'y a pas grand-chose à dire sur le match », a déclaré Favre jeudi, « il est difficile de changer énormément de choses avec un entraîneur qui est là depuis deux jours. »

Sancho et Reus incertains 

Au sujet de l'état de l'effectif de l'adversaire, dont le choix dans la défense centrale en particulier est limité en raison de blessures, le Suisse a fait observer : « Ils ont d'autres possibilités dans ce secteur, Pavard et Martinez peuvent également défendre dans l'axe. Ils peuvent compenser. » À la question de savoir s'il devait lui-même pallier à certaines absences éventuelles, il n'a pas pu donner une réponse définitive : « Nous devons attendre concernant Sancho et Marco Reus. Nous avons encore deux ou trois autres joueurs qui ne sont pas encore totalement sûrs de jouer, nous verrons demain au plus tôt. »

Pour la première fois depuis un bon moment, aucune des deux équipes n'est en tête du classement de Bundesliga. Quoi qu'il en soit, l'importance capitale que revêt cette rencontre se fait déjà ressentir, comme l'a expliqué Michael Zorc, qui ajoute : « L'issue de ce match a un effet spécial, y compris sur la suite de la saison. » Lucien Favre partage cette analyse avant à la veille de son quatrième duel avec le Bayern en tant qu'entraîneur du BVB : « C'est un match très spécial. »