Il n’a que 19 ans et est donc au début de sa carrière – mais pourtant si mature et serein, sur la pelouse et en dehors. Erling Haaland n’est à Dortmund que depuis six mois. Il a l’air discret, mais étudie chaque détail, en interview et sur la pelouse. Il reste à sa place tout en explosant quand il le faut.

La vidéo qu’ont produit Erik Sandberg, Erik Botheim et Erling Haaland lors d’un bel après-midi ensoleillé d’été 2016 serait sûrement restée pour toujours dans les archives privées de ses auteurs si les trois jeunes hommes n’étaient pas devenus célèbres dans un tout autre domaine. La vidéo « Do it yourself » des « Flow Kingz » pour la composition de « Kygo Jo » a fait sensation trois ans et demi plus tard, avec plus de 4,5 millions de vue dans le monde.

Musicalement, Sandberg et Botheim sont assurément les hommes forts du trio tandis que la voix du troisième homme ressemble au cri de la corneille mantelée, c’est celle d’Erling Haaland, qui a rendu la vidéo célèbre. Après son transfert au Borussia Dortmund, celle-ci est devenue virale sur internet, et la presse a également suivi. Ici et là, on a ensuite parlé d’une « erreur de jeunesse » et d’une « vidéo embarrassante » datant de l’enfance, mais beaucoup de fans pensent différemment. Dans la liste des commentaires sur Youtube, beaucoup sont élogieux vis-à-vis de Haaland. Erling n’est devenu footballeur que pour faire connaître ce fantastique morceau, a écrit un internaute, tandis qu’un autre a imaginé une scène en trois actes : « J’écoute Kygo Jo avec le son au maximum/ le voisin appelle la police / la police arrive et arrête le voisin. »

Image

Peu après l’époque où Haaland et ses amis se sont essayés au rap, le BVB a remarqué le Norvégien aux cheveux blonds. Haaland a tapé dans l’oeil des scouts lors d’un tournoi de jeunes. La décision a été prise de l’observer régulièrement, mais d’autres clubs étaient également intéressés, d’autant plus que l’attaquant polyvalent avait gagné ses galons de titulaire déjà à 17 ans au club de première division norvégienne Molde FK. es éclaireurs de presque tous les grands clubs d’Europe avaient donc pris place dans les tribunes du SK Brann à Bergen le 1er juillet 2018 pour voir Erling Haaland en action et ils n’ont pas été déçus. Lors de la victoire 4-0 de Molde contre le leader du classement d’alors, l’avant-centre a marqué tous les buts en 61 minutes de temps de jeu. Il ne faisait à présent plus aucun doute que son avenir était dans le football, et non dans la musique, sur les traces de son père Alf Inge, surnommé « Alfie » : pendant 10 ans, jusqu’en 2003, il avait joué en Angleterre à Nottingham Forest, Manchester City et Leeds United.

Durant son passage dans la petite ville de Molde sur la côte occidentale, Erling Haaland n’a pas seulement développé son talent footballistique, qui s’est révélé dès l’âge de cinq ans. Il est également devenu un homme à Molde, faisant de l’ombre à ses adversaires rien que par sa carrure. Une croissance tardive époustouflante l’a fait grandir de 17 centimètres et le garçon autrefois doué, mais malheureusement trop frêle est devenu un puissant athlète avec un corps parfaitement taillé pour les corps à corps contre des défenseurs imposants.

Force, aisance, agilité 

Haaland culmine à présent à 1 mètre 94, mais il ne suscite pas la peur chez ses adversaires. Malgré sa carrure intimidante, il ne fait pas l’effet d’un porteur, qui intervient sans poser de questions. On pourrait même penser que le jeune homme à l’allure dégingandée a besoin d’encore un peu de temps avant d’arriver au pic de sa force. Les américains diraient : Erling Haaland doit encore atteindre son potentiel maximum, sa croissance n’est pas encore terminée. C’est une question particulièrement importante pour ses entraîneurs et son préparateur physique. Ils doivent faire en sorte qu’il gagne en puissance tout en perdant rien de son aisance et son agilité.

Le gardien autrichien Samuel Sahin-Radlinger était en poste au SK Brann lors du quadruplé de Haaland. Au portail « Spox », il a raconté que ce jeune homme de 17 ans lui avait paru assez arrogant, mais peut-être était-ce tout simplement de l’assurance car la frontière entre les deux est très mince. Au BVB, personne n’a encore trouvé le Norvégien arrogant, mais bien confiant. Tout le monde l’a reconnu comme quelqu’un de très ambitieux en particulier. Haaland n’est pas le genre à faire du bruit pour être au centre de l’attention, mais il n’est pas non plus timide. Il est décontracté et dégage la plupart du temps un calme agréable. Cela n’est toutefois pas le cas lorsqu’il rate un geste à l’entraînement, manque le cadre ou, dans le pire des cas, perd le match d’entraînement avec son équipe. Sa mauvaise humeur peut alors être tenace. Il arrive également qu’il expose de joie lorsqu’il marque un joli but lors de l’échauffement avant le match. Haaland a le don de se concentrer sur l’instant présent. Tant dans la préparation pour le match que durant les 90 minutes ou - de l’autre côté de la pelouse - en interview. Une vigilance de tous les instants fait partie de son tempérament.

Image

Dès son plus jeune âge, Haaland s’est distingué par sa compréhension aigüe du football. Une qualité qu’il a souvent montrée à Dortmund. Haaland lit le jeu, et pas uniquement lorsque son équipe attaque. Lors du match à Mönchengladbach en mars, le buteur se tenait sur la ligne de but, tel un défenseur, au moment où Lars Stindl marquait pour l’autre Borussia, le ballon faisant passer le ballon entre les jambes du Norvégien, ce qui a suscité à tort des commentaires moqueurs car lorsque l’on regarde la scène de plus près, on voit un joueur qui anticipe la trajectoire du ballon et se place exactement au bon endroit. Il n’a tout simplement pas eu de chance.

C'est cette même faculté qui a rendu son but en janvier contre le 1. FC Cologne spectaculaire. Au premier coup d’oeil, on voit que son quatrième but pour le BVB était typique d'un renard des surfaces. Le gardien de Cologne Timo Horn est impuissant, Haaland est bien positionné et pousse le ballon au fond. Haaland avait toutefois vu l’action à l’avance.

La pépite scandinave fête son 20e anniversaire dans quelques jours, mais des rumeurs se répandent déjà à son sujet. On dit que ses premiers contacts avec le ballon étaient déjà décisifs, lorsqu’il a commencé à cinq ans dans le club de son enfance Bryne FK. Ou qu’il menait déjà la vie rigoureuse d’un sportif professionnel à l’âge de douze ans. Son triplé lors de ses débuts avec le BVB, et ce en sortie de banc alors que le score indiquait 1-3, n’est toutefois pas un mythe. Cela pourrait lui monter à la tête, mais Haaland garde les pieds sur terre à Dortmund. Il est accessible pour tout le monde à tout moment, arbore souvent un sourire et a le sens du compromis typique aux Scandinaves. Il ne rechigne pas aux rendez-vous médiatiques, et les voit comme un défi, démontrant un esprit vif, non sans exubérance de temps en temps. Au lendemain de la victoire 2-1 contre le PSG, il répondait aux questions d’un journaliste du « New York Times ». « Do you feel like a sensation », lui a demandé le journaliste. Non, a déclaré Haaland tout sourire : plutôt comme une « zensation » - une allusion à sa célébration en position de Bouddha après les deux buts contre le PSG.  

On peut imaginer que Haaland était à ce moment très satisfait de sa vie et ses décisions. Il avait reçu plusieurs offres et avait choisi le Borussia Dortmund car on lui avait confirmé qu’il jouerait régulièrement. Il avait également remarqué que des joueurs de 19 ans comme Hakimi et Jadon Sancho étaient titulaires et qu’un jeune poulain de 17 ans comme Giovanni Reyna recevait régulièrement sa chance. Et il se tenait à présent devant un journaliste du New York Times, après avoir vaincu la veille l’équipe de stars du PSG avec ses tout jeunes coéquipiers. Le comble de l’ironie.

Cet épisode connaissait toutefois une issue défavorable. Le match retour se terminait par un 0-2 à Paris et Neymar se montrait également railleur en caricaturant la célébration du bouddha. D’autre part : le Brésilien n’aurait pas pensé à se moquer de Haaland quelques mois plus tôt car il était pour lui un parfait inconnu. Qu’il le tourne en dérision s’apparente à une marque de reconnaissance. Erling Haaland a déjà fait beaucoup de chemin au BVB, mais il n’en est qu’au début.

Philipp Selldorf

Erling Haaland en chiffres

  • Erling Haaland a réalisé les meilleurs débuts pour un joueur de Bundesliga. : le Norvégien est le premier joueur à avoir marqué neuf buts pour ses six premiers matches en Bundesliga !
  • Il n’a eu besoin que de 19 tentatives pour ses neuf buts ! Après sept réalisations du gauche, il a marqué deux fois du pied droit.
  • Le jeune Norvégien est le premier joueur du BVB à avoir été buteur pour sa première en Bundesliga, en coupe d’Allemagne et en Ligue des champions. Il totalise douze buts pour ses onze premières apparitions en match officiel pour le Borussia.
  • Il est le septième joueur dans l’histoire du championnat à réaliser un triplé pour son premier match. Il était toutefois le premier à le faire en tant que remplaçant (il est rentré en cours de match lors de la victoire 5-3 à Augsbourg à la 56e minute, alors que le score était de 1-3).